vendredi 17 février 2012

recette de base pour macérats huileux


Les macérâts huileux sont des macérations de plantes ou de fleurs que l’on fait macérer dans de l’huile. La procédure est relativement simple et on peut en faire de toutes sortes.
Il est nécessaire de bien choisir les huiles que l’on utilisera pour les macérâts. Il est préférable qu’elles soient non raffinées, de première pression à froid et si possible de nature biologique. Si la mention de premières pression à froid n’est pas mentionnée, c’est souvent que l’huile est raffinée, chauffée et de qualité pas tip-top ! Je trouve les miennes au rayon bio des magasins bio, elles sont moins cher que chez AZ en plus une grande quantité, ce qui n’est pas négligeable quand on se lance dans les cosmétiques bio. 

Les premiers macérats que j’ai fait, l’année dernière était avec de l’huile de pépins de raisins parce qu’elle est relativement inodore et présente les caractéristiques d’une huile sèche qui pénètre très facilement  dans la peau. Elle est accessoirement aussi émolliente, antioxydante et régulatrice du sébum. J’avais fait un macérât de bellis (pâquerettes) pour l’utiliser en soin du buste et de la poitrine (effets tenseurs), un macérât de lavande, parce que j’avais plein de fleurs de lavande séché pris chez mon gourou (il faut que je vous en parle !!) et par la suite, un macérât de lierre grimpant (pour son effet contre la cellulite) 

 Cette année, j’ai fait plein de macérât. 

 Un de pétales de rose (de chez mon gourou !)qui peut être idéal pour les rides, crevasses, vergetures, cicatrice, exéma, acné (tout un programme !!!)

Un de lavande à nouveau (j’en utilise pas mal dans mes barres de massage ou petits savons melt and poor !)

 Et un thé vert pour ses propriétés antioxydante, qui apporte de la vitamine C et qui peut-être utile dans les crèmes minceurs.

J’ai fait ces trois là avec de l’HV de carthame qui bonne pour la régénération cellulaire, qui apporte des actifs antioxydants, anti-âge et qui est restructurante et relipidante. Elle a une bonne odeur de noisette pour ceux qui connaissent. Par contre, par la suite, j’ai vu que cette huile avait un fort pouvoir oxydant. C’est-à-dire qu’elle peut vite rancir, perdre de sa couleur, de son odeur et devenir par la suite toxique. Ainsi, j’ai complété ces macérâts avec une quinzaine de gouttes de vitamine E de chez AZ qui a une action antioxydante et de préservation des huiles.

J’ai aussi fait  un macérât de vanille pour ses propriétés assouplissantes, adoucissantes et nourrissantes  pour l’odeur avant tout…

Un de cannelle (antiseptique, tonique et stimulante)

 Et un de calendula (trouvé chez Velan, boutique indienne à Paris et noté « bio » en plus !) qui est cicatrisant, adoucissant, anti-inflammatoire.

J’ai fait ces trois là, avec de l’HV de sésame qui est restructurante, hydratante, absorbante des rayons UV, assouplissante et également anti-oxydante et anti-âge. Malheureusement, je me suis rendue compte que je n’appréciais pas fortement l’odeur de sésame. Qu’importe, pour celui de vanille, c’est vraiment son odeur qui a pris et c’est une tuerie ! Celui de cannelle a moyennement pris (pas  d’odeur), je ne sais pas si je l’utiliserais. 


Mode d’emploi :
Utiliser un contenant, type bocal, pot de confitures, préalablement désinfecté, y mettre les plantes ou fleurs ou gousses de vanille, remplir d’huile pour recouvrir le tout. Mettre une dizaine de gouttes de vitamine E si votre huile est potentiellement oxydante. Fermer le couvercle.
Ensuite, plusieurs options s’offrent à vous. J’ai lu plusieurs avis sur la question. Mes touts premiers macérâts ont été fait pendant l’été et je les mettais sur le bord de la fenêtre à prendre le soleil, la journée (j’avais recouvert les bocaux de papier kraft pour que la lumière n’arrive pas directement dessus). Les six derniers ont été faits il y a quelques semaines, j’ai donc, privilégier la méthode « ombre » en les secouant de temps en temps et ça a très bien fonctionné aussi.
Attendre le plus longtemps possible, entre trois semaines et un mois, c’est pas mal déjà.
Pour le passer, il suffit de s’équiper d’un entonnoir et d’un filtre à café (végétal et bio serait un plus…) pour filtrer les fleurs, plantes… et le faire couler dans un autre bocal stérilisé…
La conservation se fait en fonction de la date de conservation de vos huiles végétales.
Ensuite, je vous invite à vous renseigner sur ce qu’il y a de mieux à faire macérer, les racines ou les feuilles de certaines plantes.
J’ai aussi eu des versions différentes sur l’utilité de faire macérer du sec ou du frais. Le problème du frais est que le produit contient encore de l’eau qui peut se diffuser dans l’huile et être responsable de moisissures. Moi, j’ai toujours privilégié les plantes sèches pour cela (sauf pour le lierre et les pâquerettes, mais je les ais quand même fait sécher pour que l’humidité disparaisse
Les méthodes que j'ai appliquées sont donc celles de la macération à froid, on peut aussi aller plus vite en les faisant à chaud, au bain-marie. Je n'ai jamais essayé et préfère être patiente avec les "à froid".
Il y a aussi possibilité de les booster avec une yaourtière.
on peut faire plein de macérâts de différentes sortes : de carottes, de menthe, de thym, de violettes, de brocoli (pour les cheveux) et de poudre aussi...

Si certaines veulent plus d'informations sur la méthode de macération à chaud, je ferais un post là-dessus!

6 commentaires:

  1. sympa ton p'ti topo sur les MH ! ;)
    J'adore faire des macérâts ! Je fais : calendula, lavande, coco-cannelle-vanille, vanille, boutons de rose, menthe poivrée, tonka...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il faut que j'en fasse d'autre, mais je suis assez déçue par celui de cannelle (pas d'odeur spécifique qui en ressort à part l'HV d'origine que je kiffe pas beaucoup : sésame)

      Supprimer
  2. ça fait un moment que j'ai envie de m'en faire, il faut que je m'y mette ! Par contre je suis étonnée de ton point de vue sur l'huile de pépins de raisin... je trouve son odeur insupportable, je l'ai acheté en magasin bio, donc je pensais que c'était parce qu'elle n'était pas désodorisée, mais apparemment c'est juste moi qui trouve qu'elle pue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'odeur ne m'avait pas spécialement gênée, néanmoins, je n'en ai jamais racheté...là je tente à nouveau un macérat de vanille mais dans l'HV tournesol cette fois!

      Supprimer
  3. ma nsp m'avait offert un macerat home made a la vanille et canelle;...mmmmh!!
    moi je n'ai pas fait encore de macerat moi meme, jeles achete encore!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, qui fais pourtant de si belles recettes!
      c'est tellement simple; tu vas pouvoir rajouter une corde à ton arc!

      Supprimer

Donne tes impressions, pose tes questions, partage tes 'tits trucs avec moi....si le cœur t'en dit...